Précédent
TEXAS-SAY WHAT YOU WANT
Suivant
DAHO ETIENNE-Le premier jour
En ce moment
COLDPLAY
Orphans
Rechercher un titre

Agriculture | Du lait dont on fait un fromage!

ajouté le 18 Novembre 2011

L'abondon des quotas laitiers imposés par Bruxelles interviendra dès 2015. Et si le prix du lait a été -et reste encore- un point de discorde entre industriels et producteurs, tous sont au moins d'accord pour que le marché ne soit pas totalement dérégulé. De son côté, le gouvernement a proposé une contractualisation entre producteurs et transfomateurs. Rien ne presse vraiment, puisque ces contrats verront leur apllication dans cinq ans. Mais chez Lactalis, on tient à s'assurer de la perennité des livraison et surtout du contrôle des flux. Des contrats individuels ont donc été envoyés aux éleveurs,  pressés de signer avant une date buttoir fixée au 30 novembre.

Mais les organisations professionnelles et syndicats les enjoignent à ne pas signer avant un examen d'ensemble à l'échelle nationale. Un  préalable indispensable avant que de poser les termes des contrats qui devront à la fois intégrer des notions de durée, de volumes, de qualité, de saisonnalité, et aussi des préavis de dénonciation, d’éventuelles sanctions ainsi que les conditions de la  cessibilité. Les prix resteraient du ressors de l'interprofession, comme c'est déjà le cas aujourd'hui. Quelles garanties auront des éleveurs bien seuls face au géants industriels de l'agro alimentaire?


Diviser pour mieux rêgner?
Des "négociations" qui prennent le tour de la fameuse lutte du pot (à lait) de terre contre le pot de fer. L'enjeu pour les producteurs est de parvenir à faire reconnaître leurs organisations comme interlocuteurs valables pour négocier avec Lactalis? Point d'achoppement: Le groupe agro-alimentaire craint de voir ces organisations se transformer en intermédiaire commercial, muni d'une force de vente sur des quantités de lait.. industrielles! Un argument perçu comme un coup de bluff par certains producteurs laitiers du bassin Est (il y a en a neuf en France), dont une délégation a tenté d'avancer ses positions auprès de la direction de Lactalis, jeudi à Corcieux.  D'autant que depuis plusieurs mois, les producteurs comme les FDSEA et JA se positionnent clairement sur le sujet: pas question d'organisations commerciales -tout du moins en Lorraine et dans les Vosges, mais bien d'une force de gestion des quantités: un regroupement qui permettrait aussi plus de souplesse dans la production (par exemple un tonnage global que les producteurs pourraient se répartir selon leur besoins et capacités du moment).
Autre questionnement: la durée des contrats. Lactalis propose une contractualisation quinquénale. Mais pour les producteurs, les investissements se font à l'échelle de 10 à 12 ans. Du côté de la FDSEA des Vosges, un contrat d'au moins sept ans est avancé comme un compromis raisonnable.
Enfin, même si une signature intervenait à ce jour avec une organisation de producteurs, se poserait un problème de validité juridique. Car le décret gouvernemental cadrant ces organisations au plan légal na toujours pas été signé.

Si de réelles avancées ont été actées jeudi à Corcieux, pour les producteurs, l'urgence n'est pas signer, mais de s'organiser, et d'avoir une réelle visibilité sur l'avenir après 2015. J-C. G.

Dans la même catégorie

MDN Logo
Agriculture

Les agriculteurs vosgiens veulent être respectés

MDN Logo
Agriculture Audio

Dimanche 14 juillet Fêtons la Bio à la Ferme du bien être

MDN Logo
Agriculture Audio

Les Vosges en force au salon de l'Agriculture

MDN Logo
Agriculture Audio

Négociations avec le MERCOSUR : le député C. Naegelen invite à la vigilance

MDN Logo
Agriculture

Vosges : des médailles pour les producteurs vosgiens au Salon de l'Agriculture !

COCKTAIL FM 2A Rue de la république 88400 Gérardmer - tel. 03.29.63.24.24 - fax. 03.29.63.24.30 - Contact
© COCKTAIL FM 2017 - Mentions légales - Création InfoWeb88 Fabrice TROMBINI
Retour haut