Précédent
COLDPLAY-ORPHANS
Suivant
ARIZONA ZERVAS-Roxanne
En ce moment
DEXYS MIDNIGHT RUNNERS
Come on Eileen
Rechercher un titre

Concert | Dutronc m'a plu. Turlututu.

ajouté le 25 Octobre 2011

Voici un homme qui sut scier un arbre -généalogique-  à la base Dutronc, pour se faire un prénom dans la branche haute du jazz, du swing, et de la chanson avec de vrais morceaux de musique et des textes au mot éthique. La preuve par « l’alibi de la Libye ». Rien de politique, seulement du « poly-son »… Après avoir prouvé qu’un manouche sans guitare savait séduire avec brio (disque d’or, tournée à 600 000 spectateurs), son deuxième spectacle et disque « Silence on tourne. On tourne en rond » s’élancera en grande pompe (manouche, bien sûr) de Gérardmer, le 29 octobre.

« Quand j’assiste à un concert, je m’ennuie très rapidement. Au bout de deux titres, j’ai envie d’aller boire une bière au bar… Alors j’ai fait en sorte, avec mes musiciens, de casser la routine, de proposer autre chose ». Pour sûr ! d’abord en faisant d’une musique de genre confidentiel un succès commercial. Et tout cela sans la galvauder, mais en se l’appropriant. Le jazz manouche ? Son truc « à lui », une discipline exigeante apprise studieusement, avec les plus grands. Comme un certain Tchavolo Schmidt, grand maître de la « pompe manouche » et de la guitare swing (Alors… voilà, 2000). La pompe ? cet art un peu compliqué de donner un rythme en le faisant évoluer, de mener les musiciens, et de mettre le point final, souvent d’orgue. La guitare, il la manie avec une perfection que l’héritier de Django Rheinhardt, Birélie Lagrène a porté sur scène et sur quelques savoureuses galettes (The Gipsy project). Et comme il est tout de même le « fils de », papa lui a offert la guitare… de Rheinhardt, sur laquelle il apprendra le swing.
Parmi ses complices, un autre trentenaire (Thomas D a 38 ans) qui s’est taillé une lettre de noblesse et un touché de guitare en or avant de se faire un prénom. Tiens, tiens… Mathieu M Chédid, pote du premier et potache avec lui depuis la tendre enfance. Sur son album « Qui de nous deux, » M laisse l’agilité de T s’exprimer dans « La bonne étoile »., ou la BO du film d’animation Les Triplettes de Belleville.
Quand on lui demande pourquoi être venu à la musique sur le tard, il se contente d’un « presque par hasard ; pour faire quelque chose à moi ». La voilà, sa bonne étoile. Celle qui lui a fait rencontrer les « Esprit Manouche » pour quelques premiers pas de deux scéniques.

« Rock en smok, limite amerloque »

L’arrivée des mots dans sa musique, et donc de chansons, c’est aussi une bonne étoile : savoir transformer le jazz des petits clubs en succès populaires mais jamais vulgaires. Avec une légèreté revendiquée, assumée. Etre « comme un manouche sans guitare » lui a valu les honneurs longue durée des playlists radio, et cette tournée de concerts qui laisse aux nombreux privilégiés qui y ont assisté un goût de « encore ».
"Silence on tourne, on tourne en rond" n’est peut-être pas une révolution, ainsi que le soulignait Libération, mais c’est une belle évolution. Qui tourne donc rond mais pas en rond. Des instrumentaux simplement beaux, des textes aux jeux de mots capillotractés parfois, laids jamais. Un peu de douceur, de la tendresse, de l’ironie et de l’humour. De la virtuosité aussi. Et même de la nostalgie toute balkanique. Voilà pour la galette, (en somme, un cd Rom !) livrée dans un emballage soigné, digne d’un bon vieux vinyle (plage 8), des textes et même des autocollants.
Sur scène ? A défaut d’avoir vu, je ne vous parlerai que de la fiche technique (enfin rien qu’un peu, pour ne pas lever le rideau trop tôt. Ecran (grand) vidéo, plots façon cirque ou music hall, de l’électronique cachée en grosse quantité, une sono super soignée qui suit la tournée (très bon signe), tout comme l’éclairage. Et même quelques décors. Le tout dans un camion de 44 tonnes, et d’une affolante longueur. Les musiciens, à défaut de roulotte, naviguent en bus et ensemble.
Prometteur, très prometteur que ce silence on tourne, avant l’action, pour une tournée qui atterrira sur la scène parisienne des Folies Bergères pour une semaine en novembre. Tout un symbole.
Et pour l’inaugurer -ou presque, départ au bout du monde -ou presque, au bout du lac de Gérardmer- ou...presque, dans la relative intimité des 1100 places (il en reste quelques-unes. Ouf !) de l’Espace LAC, qui a déjà été enflammé par Sinsemilla, Bertignac, Matmatah, ou plus récemment Raphaël. Le tout orchestré par la même bande de passionnés, à l’origine de l’aventure de la radio d’abord géromoise puis haut-vosgienne qu’est devenue Cocktail FM.

Jean-Christophe Givord

En avant goût de ce concert très prometteur, la Rédaction de Cocktail FM vous propose un entretien exclusif avec Thomas Dutronc dans le Mag du samedi, ce 29 octobre à 9h30.

Dans la même catégorie

MDN Logo
Concert

Les Wackids à Saint-Dié : le rock de 6 à 666 ans

MDN Logo
Concert

Finale Tremplin Scènes Ouvertes

MDN Logo
Concert

Philippe Claudel visite les Vosges Avant l'Hiver

MDN Logo
Concert

AVEC PROTOCOL CE VENDREDI A LA BRESSE

MDN Logo
Concert

Cover Queen Vendredi 25 octobre à La Bresse

COCKTAIL FM 2A Rue de la république 88400 Gérardmer - tel. 03.29.63.24.24 - fax. 03.29.63.24.30 - Contact
© COCKTAIL FM 2017 - Mentions légales - Création InfoWeb88 Fabrice TROMBINI
Retour haut